you're reading...
Livres

Pensée et politique dans le monde arabe

Le 7 mai dernier à l’Institut du monde arabe (Paris), Georges Corm a présenté son dernier livre : Pensée et politique dans le monde arabe, Contextes historiques et problématiques, XIXe-XXIe siècle, La Découverte. Araprism était présent.

Corm pensée et politique

Il n’est plus utile de présenter Georges Corm. Economiste, juriste, ancien ministre des Finances du Liban et fin connaisseur du monde arabe. Il a notamment offert à toute une génération de chercheurs et de curieux une brillante somme sur le monde arabe : Le Proche-Orient éclaté (1956-2012), septième édition mise à jour et augmentée, Gallimard, 2012.

Sur les traces d’un Ibn Khaldoun, Georges Corm entend « combler les trous de mémoire » depuis la Nahda, mouvement de renaissance arabe au XIXe siècle. C’est d’abord une colère qui le meut : une saine colère devant le nouveau traitement académique réservé au monde arabe, et notamment l’obsession autour de l’islamisme. Il commence par rappeler une culture à la fois poétique et politique (Mahmoud Darwich, Nizar Kabbani, etc.), et l’importance de la rhétorique dans la pensée politique arabe. Il n’est point de pensée sans langue.

Fidèle à une tradition très française, il entend déconstruire les vieux poncifs, notamment concernant les communautés dites « minoritaires ». De ce point de vue, l’actuelle ritournelle sur les « chrétiens d’Orient » lui donne raison. Ses références sont solides : Rifa’a al-Tahtawi et son livre L’Or de Paris (1834), ouvrage majeur de la Nahda ; Ali Abderraziq et son livre L’islam et les fondements du pouvoir (1925, soit un an après l’abolition du califat) ; Ahmad Amin … Tout un héritage égyptien musulman réformiste qui bouscule à la fois la langue religieuse et la langue politique.

Il rappelle aussi qu’il n’existe pas de pensée abstraite, indépendante d’un contexte politique. L’émergence d’économies pétrolières produit un renversement lourd de conséquences : les sociétés du désert prennent le dessus sur les sociétés urbaines. La pensée en prend un coup, ce qui prend vite la forme d’un enfermement dans le débat sur l’authenticité et la modernisation. Il évoque ainsi une « réislamisation » largement instrumentalisée dans une volonté de discréditer le nationalisme arabe, et ce dès 1956 contre le président Nasser en Egypte. Mais la pensée politique arabe au XXe siècle ne saurait se résumer à un affrontement entre islamisme et nationalisme arabe, comme en témoignent les autres formes de nationalisme (le nationalisme syrien, par exemple) et le rôle incontournable du marxisme.

Pourquoi les Arabes se sont-ils sabordés ? Voilà une interrogation que l’on retrouve en filigrane dans la réflexion de Georges Corm. Cela ne remonte ni au XIXe siècle, ni au XXe siècle, mais à l’époque abbasside. Turcs et Perses semblent ainsi connaître un meilleur sort. Au lendemain de la Première Guerre mondiale, les Arabes se retrouvent une nouvelle fois lésés : tandis que Mustafa Kemal fonde la République de Turquie, la promesse d’unité faite aux Arabes se transforme vite en une réalité fragmentée.

Concernant l’islam, l’auteur de La question religieuse au XXIe siècle rappelle sa plasticité et promeut la liberté d’exégèse, vecteur d’enrichissement de la pensée. Il invite à sortir des cadres actuels, et particulièrement de ce qu’il appelle le « tête-à-tête avec l’Europe » (autrement dit, des obsessions occidentalistes et anti-occidentales). Sortir aussi des fausses problématiques (sunnites versus chiites, pour ne prendre que cet exemple) afin de « rétablir le continuum de notre histoire ».

Adlene Mohammedi

Publicités

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :